Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Lionel Cosson

Voici une série de textes qui se veulent des pastiches, c'est-à-dire qui utilisent les recettes de Serge Gainsbourg ( citer plusieurs œuvres littéraires, musicales ou picturales dans une chanson, chanter en adoptant le point de vue d'un dandy décadent cynique, dépressif et légèrement pervers aux entournures, vous adresser à une femme fatale ou à une lolita qui vous ignore ou que vous méprisez, mettre en relief certains jeux de mots ou baser toute votre chanson sur une ou plusieurs onomatopées, faire du "name-dropping" et citer des noms de marques comme s'il s'agissait de substantifs, etc.) ou qui explorent des domaines qu'il n'avait pas pu ou voulu aborder, le tout dans une optique plus ou moins respectueuse.

Ces écrits sont aussi l'occasion de mélanger des univers à priori incompatibles (Gainsbourg et les emos, Kraftwerk, etc.)

 

Les uchronies gainsbouriennes prennent cette fois-ci la direction du cimetière, puisqu'elles voient se croiser le romantisme testostéroné et cynique du beau Serge et les fantaisies macabres de Beetlejuice, le pape hyperactif de la pourriture.

Bref, voici venir les vers putrides du séducteur des catacombes, Serge Gainsblejuice.

 

L' Amère Morte

 

 

Dans ce bouge funèbre où la viande saoule s'use,

Et où les fiers crânent le nez dans la bière,

J'ai charmé une putrescente muse,

Aux remugles de diva d'ossuaire.

 

Chaque fois que l'amère morte met son grain d'sel,

Je vais de catastrophes en catacombes.

C'est une mauvaise pioche mais nos corps s'appellent,

Quand il faut prendre son pied dans la tombe.

 

Son regard irradie la corruption,

Sa bouche est comme un cadavre exquis

Elle joue un rôle de décomposition,

Où la morgue dégénère en ennui.

 

Chaque fois que l'amère morte met son grain d'sel,

Je vais de catastrophes en catacombes.

C'est une mauvaise pioche mais nos corps s'appellent,

Quand il faut prendre son pied dans la tombe.

 

Nous nous rongeâmes les sangs autour d'un verre,

Et nous dessinâmes nos belles vanités,

Avec des vers longs de six pieds sous terre,

Pour oublier nos mines de déterrés.

 

Chaque fois que l'amère morte met son grain d'sel,

Je vais de catastrophes en catacombes.

C'est une mauvaise pioche mais nos corps s'appellent,

Quand il faut prendre son pied dans la tombe.

 

Et après avoir pris le mort aux dents,

Et bu de la Veuve Cliquot bien fétide,

Nous décidâmes de devenir gisants,

Dans la terrible et pâle heure des lits vides.

 

Chaque fois que l'amère morte met son grain d'sel,

Je vais de catastrophes en catacombes.

C'est une mauvaise pioche mais nos corps s'appellent,

Quand il faut prendre son pied dans la tombe.

 

Nous connûmes alors d'étranges transes parentes,

passant des cris aux râles d'agonisants.

Et même la Faux se tut séance tenante,

Quand elle vit notre petite mort hurlante.

 

Chaque fois que l'amère morte met son grain d'sel,

Je vais de catastrophes en catacombes.

C'est une mauvaise pioche mais nos corps s'appellent,

Quand il faut prendre son pied dans la tombe.

 

Uchronies Gainsbouriennes - L'Amère Morte
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article