Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Lionel Cosson

Voici une série de textes qui se veulent des pastiches, c'est-à-dire qui utilisent les recettes de Serge Gainsbourg ( citer plusieurs œuvres littéraires, musicales ou picturales dans une chanson, chanter en adoptant le point de vue d'un dandy décadent cynique, dépressif et légèrement pervers aux entournures, vous adresser à une femme fatale ou à une lolita qui vous ignore ou que vous méprisez, mettre en relief certains jeux de mots ou baser toute votre chanson sur une ou plusieurs onomatopées, faire du "name-dropping" et citer des noms de marques comme s'il s'agissait de substantifs, etc.) ou qui explorent des domaines qu'il n'avait pas pu ou voulu aborder, le tout dans une optique plus ou moins respectueuse.

Ces écrits sont aussi l'occasion de mélanger des univers à priori incompatibles (Gainsbourg et les emos, Kraftwerk, etc.)

 

Pour cette nouvelle uchronie, imaginons un instant que l'homme à la tête de chou, flatté de voir ces chansons reprises et célébrées dans le monde entier, décide de s'adonner à un érotisme musical au parfum de cosmopolitisme qui redonnerait un peu d'attrait à la Vieille Europe.

Bref, laissons œuvrer un Gainsbourg alternatif, plus international que Goethe et Nabokov réunis.

 

Peines Capitales

 

 

Dans vos atours de Londres, vous étiez agile,

Une petite pierre qui roule qui soupirait d'aise,

De me voir, moi, ce maladroit marquis d'argile,

Sculpter des vers pour vous, petite poupée en glaise.

 

 

Mad'moiselle Europe aux grâces internationales,

Vos désirs sont écrits en lettres capitales.

 

 

Vous vous dévoilez derrière un rideau de fer,

De l'eau de Cologne au creux du cou et des reins,

Et vous faites assaut de charmes façon guerre-éclair,

Pour rendre à jamais fades les femmes mûres de Berlin.

 

 

Mad'moiselle Europe aux grâces internationales,

Vos désirs sont écrits en lettres capitales.

 

 

Belle menteuse, vous ne manquez pas d'airs italiens,

Quand vous croquez l'Arétin comme on croque une pomme,

Vous m'avez fait passer deux milles ans en tue-reins,

En me disant que vos mauvaises voies mènent à Rome.

 

 

Mad'moiselle Europe aux grâces internationales,

Vos désirs sont écrits en lettres capitales.

 

 

Votre amour est comme une roue où tout est Paris,

Où ceux qui remportent la mise portent une marque,

Pendant que d'ex-Rois Soleil se relèvent la nuit,

Pour parler de leur amer triomphe à Jeanne d'Arc.

 

 

Mad'moiselle Europe aux grâces internationales,

Vos désirs sont écrits en lettres capitales.

 

Uchronies Gainsbouriennes - Peines Capitales
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article